Promotion des métiers : 4 questions à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat.

Vendredi 21 juin, nous avons eu le plaisir d’accueillir le Bus de l’Artisanat à la Mission Locale, les jeunes étaient au rendez-vous et l’escale fut un succès. Pour appréhender cette démarche innovante, et plus largement les enjeux de l’emploi dans l’artisanat, nous avons posé quatre questions à Marylene Burban, conseillère à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Gironde.

 

Pourquoi avoir créé le Bus de l’artisanat ?

L’idée a pu voir le jour grâce à notre présidente Madame Nathalie LAPORTE. L’objectif est d’être au plus proche des artisans du territoire d’abord, mais aussi de faire la promotion des métiers de l’artisanat auprès de différents publics, notamment les jeunes. C’est un moyen pour faciliter le contact dans les communes péri-urbaines et rurales, comme une annexe mobile de la CMA*.

 

Que trouve-t-on à l’intérieur ?

Le bus est équipé d’outils numériques : des écrans où nous pouvons diffuser des films explicatifs, des tablettes pour développer l’interaction, des ordinateurs pour toute la partie renseignements et formalités administratives. Le bus est aussi équipé de deux vrais postes de travail pour que les conseillers puissent exercer dans les meilleures conditions hors les murs. Ils peuvent ainsi accompagner les artisans les plus éloignés de la métropole dans les démarches les plus compliquées.

Bus de lartisanat Mission Locale

Crédit Photo : Alban Gilbert CMAI33

Qu’est ce qui rend l’artisanat si intéressant ?

Tout d’abord, l’artisanat apporte un vrai savoir-faire accompagné d’un savoir-être et de valeurs comme l’amour du métier, le travail « fait main et bien fait ». L’artisanat c’est une passion. Il faut aussi rajouter qu’il est composé de métiers pérennes où les perspectives de salaires sont attractives. Certains secteurs sont en tension et recrutent activement (comme la carrosserie, la boulangerie, la charcuterie, ou la chaudronnerie notamment). Enfin, l’artisanat permet de perpétuer des métiers d’excellence, tant anciens que nécessaires.

 

Quelles interrogations reviennent souvent chez les jeunes à propos de l’artisanat ?

Les questions tournent souvent autour des sujets concrets : le salaire, la durée de formation, les horaires et la charge de travail. Lors des animations nous essayons de faire passer un maximum d’informations pour développer leur intérêt.

 

*Cofinancé par le Fond Social Européen (FSE), le bus se rendra dans 15 villes de la métropole bordelaise, avec 12 sorties en demi-journée dédiées à l’accueil des artisans et 8 en après-midi dédiées à la promotion de l’apprentissage au sein des lycées et collèges, soit 20 sorties par mois.

 

Nous remercions Marylene Burban et Audrey Vallon pour leur temps et leur disponibilité. Gageons que leur intervention fera naitre des vocations !

Imprimer